Greenly lève 21 millions d’euros pour généraliser le bilan carbone

Greenly a finalisé une levée de fonds séries A de 21 millions d’euros (23 millions US $) codirigée par des fonds d’investissements européen XAnge et américain Energy Impact Partners (EIP). Ayant déjà plus de 400 entreprises clientes, Greenly accélère son développement à l’international afin de déployer son logiciel SaaS de pilotage carbone auprès des PME en Europe et aux États-Unis. La start-up prévoit de tripler ses effectifs en France et aux États-Unis.
Lecture : 7 minutes

Greenly, spécialiste du bilan carbone pour les PME, a finalisé une levée de fonds en Séries A de 21 millions d’euros (soit 23 millions US$). Ce nouveau financement est mené par les fonds Energy Impact Partners (EIP) fonds US consacré à la transition énergétique et XAnge, fonds d’investissement early-stage, localisé à Paris, Berlin et Munich, spécialisé sur les sociétés de la tech avec une forte exposition impact. Quelques nouveaux investisseurs comme Jean-Baptiste Rudelle, fondateur de Criteo et du Galion Project rejoignent le tour. Ces fonds permettront à Greenly de faire monter en gamme son logiciel et de se développer commercialement à grande échelle, enrichissant sa plateforme de nouvelles données avec chaque nouveau client. En rupture avec un marché de niche jusqu’ici dominé par des missions de conseil ponctuelles ciblés sur les grandes entreprises, Greenly veut développer la comptabilité carbone des PME et permettre son suivi en temps réel.

Démocratiser le bilan carbone auprès des PME grâce à l’IA

Pour Alexis Normand, Directeur Général et cofondateur de Greenly : « Aujourd’hui, à peine 20 % des émissions carbone des entreprises sont suivies et pilotées, et cela concerne principalement les grands groupes qui allouent des budgets dépassant 15 000 € en faisant appel à des cabinets de consultants. Les PME sont peu enclines à réaliser leur bilan carbone par faute de moyens financiers et humains. Il est impossible dans ces conditions de respecter les Accords de Paris visant à atteindre le Net Zéro en 2050, pour limiter le réchauffement climatique. Une solution digitale comme Greenly permet à toutes les PME de suivre leurs émissions, et ainsi d’aligner leur trajectoire business avec une trajectoire climat. C’est grâce à ce type d’outils que l’on pourra généraliser les bilans carbones auprès de toutes les entreprises. »

Ainsi, l’intégration de plus de 100 logiciels métiers permet de quantifier automatiquement la majeure partie des activités génératrices d’émissions. Par exemple, peuvent être prises en compte les données des fournisseurs d’énergie ou des data centers (Amazon Web Services, Google Cloud…), ou encore les logiciels du eCommerce (Shopify…). Ces intégrations permettent de calculer en temps réel les trois scopes. Grâce à une bibliothèque extensive de plus de cent mille facteurs d’émissions, le logiciel Greenly convertit ces activités en mesure d’émissions et produit un reporting carbone conforme aux normes internationales (GHG Protocol) ou française (Ademe). Outre une réalisation plus rapide du bilan GES, Greenly a développé un moteur de recommandation intelligent permettant d’offrir des alternatives moins carbonées. Ainsi, il est possible, par exemple, de diminuer de 70 % son empreinte carbone sur le numérique. Greenly propose aussi des modules d’e-learning et d’engagement pour mobiliser les collaborateurs des entreprises, et leur permettre de s’approprier le sujet en pleine autonomie. 

Avec sa technologie, Greenly automatise l’analyse et la collecte des données, en s’intégrant en temps réel à la comptabilité ou aux données de facturation de plus de 100 logiciels. Pour accompagner ses développements en Europe et aux USA, Greenly étoffera ses équipes techniques, recruter des experts du bilan carbone et des commerciaux. Ainsi, la startup proposera 100 postes situés à Paris et à New York. 

De l’Europe aux Etats-Unis

La pression réglementaire qui ne cesse de se renforcer en Europe devient une évidence aux USA. Ainsi, Greenly anticipe les régulations afin d’aider les entreprises à piloter leurs émissions et à définir une trajectoire Net Zéro. “La France, dans sa tradition universaliste, a été à l’origine de nombre de réglementations qui se sont imposées dans le monde.  L’adoption de la RGPD au sein de l’Union Européenne et son influence dans le monde en sont un parfait exemple. C’est dans cette dynamique que Greenly se donne les moyens, en s’appuyant sur cette levée de fonds, de rendre universel le pilotage de l’impact carbone pour préserver la planète, en réinventant l’économie.”, précise Alexis Normand. 

Cyril Bertrand, Managing Partner et Nadja Bresous Partner Impact chez XAnge déclare, quant à lui, : “Nous sommes très heureux de contribuer à l’hypercroissance de Greenly, et ainsi de soutenir l’accélération de la décarbonation des entreprises Il est évident que 100% des entreprises vont devoir suivre leurs émissions, au même titre qu’elles suivent leurs finances. Ce qui nous a convaincu chez Greenly, c’est l’ambition des co-fondateurs de réaliser cette vision à court terme, au rythme de l’urgence climatique, ainsi que la qualité de la tech et de l’UX. XAnge est spécialisé dans l’accompagnement des sociétés SaaS à très forte croissance, et nous voulons leur donner les moyens de cette ambition. Cet investissement est une démonstration de notre ambition dans la ClimateTech.”.

Enfin, Matthias Dill Managing Partner chez EIP conclut  : « La mission d’EIP est d’accompagner les entrepreneurs les plus prometteurs dans la construction de d’outils qui permettent de  décarboner les industries le plus rapidement possible. Parce que la transition  énergétique est au cœur de notre ADN,  nous avons pu mesurer en direct que de nombreux chefs d’entreprise cherchent des outils simples pour gérer et réduire leurs émissions. Greenly cible parfaitement ce besoin et a réussi à conquérir de nouveaux marchés rapidement. . Nous sommes très fiers de soutenir l’équipe dans son expansion internationale.« 

Lire la suite
Valérie Brenugat
J’ai toujours eu le goût des sciences et de la communication notamment écrite. C’est pour cette raison que j’avais choisi de faire des études de sciences et de communication. Puis une vingtaine d’années d’expériences dans les médias, l’industrie et les organismes de recherche m’ont permis de devenir la rédactrice en chef des revues Maintenance & Entreprise et Qualité Références.