Le Réseau SATT, GL events et la 1ère édition du Baromètre Innovation Industrie

A l’occasion de l’édition 2022 du salon Global Industrie, le Réseau SATT et GL events, éditeur du salon Global Industrie, dévoilent les résultats de la première édition du Baromètre Innovation Industrie, basée sur une enquête effectuée auprès des 2300 exposants et 40 000 visiteurs : « L’Innovation technologique, besoins et tendances pour une industrie résiliente ».
Lecture : 4 minutes

Réalisé en ligne, du 31 mars au 6 mai, via un questionnaire d’enquête auto-administré, ce recueil des profils et des pratiques des entreprises en matière d’innovation, permet d’effectuer, une veille des tendances et signaux émergents afin de mieux anticiper les transformations et répondre par l’innovation aux attentes de compétitivité de l’industrie française, grâce à l’excellence de la recherche publique.

Une Communauté « Industrie » engagée sur les grands défis et optimiste 

« Engagée » et « Optimiste » sont bien les adjectifs qui reflètent le mieux l’état d’esprit de la Communauté « Industrie » plus que jamais mobilisée pour sa compétitivité, sa transformation et attachée à son ancrage territorial. Cet enthousiasme trouve son écho dans les politiques gouvernementales volontaristes en faveur de l’innovation dotées de moyens d’accompagnement financiers ambitieux, à la hauteur des enjeux dont notre recherche publique, nos entreprises et la France ont besoin pour rester dans la compétition mondiale.

L’Innovation au cœur des préoccupations

L’enquête le confirme au travers des budgets « Innovation » en hausse et des équipes dédiées qui se renforcent. Sur les sujets d’innovation prioritaires des entreprises de la filière Industrie, nous retrouvons les enjeux planétaires sociétaux et environnementaux : la digitalisation (70%), la décarbonation (48%), la maitrise des chaines d’approvisionnement (36 %), la relocalisation (14%) et l’enjeu primordial du recrutement et de la formation des ressources humaines (39 %).

Aux principaux moteurs « market-driven », 65 % en quête de nouveaux marchés et 53 % de différenciation, ce sont des difficultés organisationnelles (manque de culture de l’innovation et manque de temps) qui constituent des limites à des entreprises (45 %) qui se jugent encore modérément innovantes.


Un accompagnement par les acteurs de l’innovation attendu

Ce Baromètre incite les SATT à poursuivre le travail de sensibilisation afin de développer et conforter une culture Innovation dans les entreprises (en particulier les TPE et PME), à professionnaliser et accompagner les talents passerelles entre la recherche publique et les entreprises, sécuriser pour les sociétés le meilleur continuum de financement pour soutenir leur développement technologique et leur croissance.

Ce Baromètre de l’Innovation Industrie appelle à créer, grâce à une mobilisation des acteurs des écosystèmes de l’innovation à l’échelon régional et national, les conditions de collaborations de confiance et de succès pour doter les sociétés d’innovations robustes qui répondront mieux encore aux besoins du marché et attentes exprimées.

« Cette première édition du Baromètre nous apporte un éclairage positif sur l’appétence des entreprises à l’égard de l’innovation. Ces résultats confortent notre ambition de renforcer notre articulation avec nos partenaires nationaux et territoriaux, afin de constituer des écosystèmes forts et mobilisés pour répondre aux besoins des entreprises, grâce au potentiel de la recherche publique. Nous nous réjouissions de ce premier succès du partenariat avec Global Industrie. » déclare Caroline Dreyer, Présidente du Réseau SATT.

« Résolument ancré dans son temps, le salon Global Industrie évolue chaque année de façon à rendre son offre toujours plus lisible, représentative et exhaustive. Ce baromètre conçu avec le Réseau SATT rapproche nos exposants et visiteurs en recherche d’innovation et de compétitivité, via l’excellence de la recherche publique française. » conclut Sébastien Gillet, Directeur du salon Global Industrie.

Lire la suite
Valérie Brenugat
J’ai toujours eu le goût des sciences et de la communication notamment écrite. C’est pour cette raison que j’avais choisi de faire des études de sciences et de communication. Puis une vingtaine d’années d’expériences dans les médias, l’industrie et les organismes de recherche m’ont permis de devenir la rédactrice en chef des revues Maintenance & Entreprise et Qualité Références.