Teratonics transforme le contrôle qualité en temps réel avec un aperçu immédiat de l’intérieur de chaque pièce

Alliant vitesse, automatisation et précision, Teratonics Stripp Control exploite pour la première fois les atouts de l'imagerie pulsée 3D Terahertz sur les lignes de production.
Lecture : 6 minutes

Teratonics Stripp Control peut être directement installé sur une ligne de production afin de réaliser des mesures 3D et détecter des défauts dans la production, de manière entièrement automatisée, en support de l’Industrie 4.0.

Il montre l’invisible à l’intérieur de nombreux matériaux électriquement non conducteurs, comme par exemple les plastiques, les céramiques, le papier ou les semi-conducteurs… Des composants peuvent être contrôlés dans leur forme pure, mais également dans un état hétérogène, comme une mousse plastique ou un composite. Les assemblages dont au moins un des composants est non-conducteur peuvent être analysés, en particulier au niveau de l’interface d’assemblage (collage, soudure…) ou dans le volume des matériaux non conducteurs. De plus, l’importante résolution en profondeur donne accès à l’épaisseur avec une précision micrométrique, ce qui est adaptée à l’analyse de nombreux revêtements, avec la possibilité de résoudre les épaisseurs individuelles dans les revêtements multicouches.

Grâce au retour d’information très immédiat sur la production, les mauvaises pièces peuvent être triées pour être placées au rebut ou retravaillées. Souvent, le processus de production lui-même peut être optimisé afin d’éviter la fabrication de mauvaises pièces et diminuer la consommation de matières premières, d’énergie et de temps. Tout cela contribue à réduire les coûts globaux.

Cette transformation de l’assurance qualité et du contrôle qualité est rendue possible par la technologie brevetée à l’international de Teratonics. Celle-ci fait appel à la gamme de fréquences Terahertz (THz) – la dernière partie du spectre électromagnétique qui est utilisée dans l’industrie – et permet donc une analyse flexible sans contact, sans danger pour la santé, sans besoin de radioprotection. Sa détection ultra-rapide, unique sur le marché, réduit le temps de mesure d’une impulsion d’un facteur d’environ 10 000 000 par rapport à l’état de l’art du THz pulsé. L’imagerie 3D des structures internes, permettant une mesure précise des épaisseurs et une forte probabilité de détection des défauts, devient possible dans le temps de cycle de production de nombreuses industries. Ce système THz de rupture est complété par un logiciel propriétaire qui pilote le mouvement de balayage automatisé et le traitement des données.

Comme démontré sur le site industriel de Wirth Werkzeugbau GmbH, le système rend possible un balayage robotisée rapide d’objets 3D complexes à partir de leurs fichiers CAO, avec une vitesse de scan de l’ordre de 1000 cm²/min et plus. Cette solution d’imagerie THz pulsée la plus rapide du marché permettrait un contrôle en ligne fournissant une imagerie avec une résolution en profondeur sur des pièces de grande taille. Pour de nombreuses applications, cette capacité d’imagerie serait une caractéristique unique sur les marchés THz et CND en général. Cette méthode de mesure est insensible aux conditions ambiantes comme la température, la lumière,les vibrations, et la vitesse des pièces en mouvement. Le traitement des données permet de produire des images et de détecter automatiquement des défauts comme par exemple, des variations d’épaisseur et des bulles.

Actuellement, avec un appareil fonctionnant en binôme avec un robot et une analyse automatisée des données – sans opérateur actif – une solution holistique et économique est présentée pour accompagner la transformation du contrôle qualité demandée par l’industrie et la société. Outre la réduction des coûts directs de la qualité, elle peut entraîner des effets positifs sur l’environnement. Les secteurs tels que l’automobile, l’aérospatial, l’électronique, les dispositifs médicaux, les produits de luxe…  sont concernés par cette technologie : la diminution des matières premières comme les plastiques, les peintures et les solvants par le contrôle des processus est bénéfique du point de vue industriel, car les coûts sont réduits et moins de matière doit être déplacée et recyclée. Ceci est particulièrement intéressant dans les industries du transport où l’énergie peut ainsi être économisée. Dans les secteurs de l’hygiène, la sécurité et l’environnement, le contrôle automatisé sur une ligne de production peut remplacer le contrôle visuel / manuel par un opérateur, qui est un travail très monotone et fatigant, et source d’erreurs humaines. Cela peut aussi accélérer la production ou les opérations de maintenance et de réparation dans des industries comme l’aérospatiale, où l’étape inévitable de contrôle est parfois le goulot d’étranglement du temps de cycle. Enfin, utilisée comme appareil de laboratoire, cette technologie offre une nouvelle manière d’analyser des échantillons, sans découpe ni préparation préalable ou des grandes pièces à la géométrie tridimensionnelle.

Lire la suite
Valérie Brenugat
J’ai toujours eu le goût des sciences et de la communication notamment écrite. C’est pour cette raison que j’avais choisi de faire des études de sciences et de communication. Puis une vingtaine d’années d’expériences dans les médias, l’industrie et les organismes de recherche m’ont permis de devenir la rédactrice en chef des revues Maintenance & Entreprise et Qualité Références.