Safran Filtration Systems : des contrôles pour la sécurité des vols

Filiale du groupe Safran, Safran Filtration Systems développe une expertise reconnue dans les métiers de la filtration des fluides et gaz (air, huiles, carburants…). En intervenant sur les marchés aéronautique, spatial, industriel et défense, elle répond aux besoins en filtration de la conception à l'industrialisation. Le management de la qualité et de la santé-sécurité-environnement est un enjeu majeur pour Safran Filtration Systems dans la maîtrise de ses processus de développement, fabrication et réparation. Entretien avec Laurent Niel, Responsable QSSE et membre du Comité de Direction de la société.
Lecture : 5 minutes

Quels sont les enjeux du contrôle de qualité dans le secteur aéronautique ?

Laurent Niel : Dans le domaine aéronautique, la Sécurité des Vols est le 1er objectif. De fait, les plans de surveillance / contrôle doivent être scrupuleusement déterminés et mis en œuvre.

Quels sont les objectifs du contrôle qualité ?

L.N. : Les objectifs sont de confirmer que les 3 « F », Form (visuel/aspect), Fit (Interface/encombrement/dimensionnel et géométrique) et Function (Performances fonctionnelles) sont garanties sur le produit livré que ce soit sur des équipements de développement, qualification ou de série. La stratégie d’établissement du plan de contrôle est fondamentale et se doit d’être cohérente du niveau de risque / maîtrise lié au produit.

Comment le contrôle de la qualité contribue-t-il à une meilleure performance ?

L.N. : En soi, le contrôle Qualité n’apporte en théorie pas de valeur ajoutée additionnelle au produit fabriqué. Il s’inscrit, par contre, dans une démarche d’assurance Qualité et de maîtrise des risques.

Quels protocoles suivez-vous pour assurer les contrôles de la qualité ?

L.N. : Les Services Développement et Industrialisation supportées par la Qualité déterminent les plans de surveillance ad hoc (nature des contrôles/tests, méthodologies et moyens à mettre en œuvre, plans d’échantillonnage, modalités d’enregistrement des résultats). Ensuite, les contrôles sont mis en œuvre par des services connexes à la production (Services Qualité/Contrôle/sous-traitants) ou par délégation à la production elle-même (autocontrôle ou contrôle délégué sur base d’habilitations individualisées).

A quels outils faites-vous appel pour réaliser des contrôles de la qualité ?

L.N. : Selon la nature des contrôles ou des tests à réaliser, des moyens traditionnels métrologiques (adaptés aux grandeurs physiques mises en œuvre) ou des bancs de tests qualifiés et spécifiques sont mis en œuvre. Par exemple, dans le métier de la filtration, le contrôle d’intégrité de référence pour les éléments filtrants est le test de point de bulle (normalisé selon ISO 2942). Dans tous les cas, l’état de validité métrologique des moyens ainsi que la capabilité globale de la chaîne de mesure en regard des tolérances spécifiées doivent être établis au préalable.

Quelles précautions recommandez-vous pour le contrôle qualité ?

L.N. : En résumé, les fondamentaux d’un bon contrôle Qualité sont les suivants : pertinence du contrôle effectué et du plan d’échantillonnage, validité des moyens de mesures/essais et formation/habilitation des personnels en charge des contrôles.

Faites-vous appel à des sociétés extérieures pour effectuer des contrôles de la qualité ? Si oui, quels sont vos critères ?

L.N. : Les Contrôles non destructifs (CNDs tels que ressuages, radiographies, magnétoscopie…), assimilés à des procédés spéciaux sont sous-traités car ils requièrent des installations et opérateurs qualifiés non disponibles en internes. De même, certains produits font l’objet de tests de recette série complexes (essais de vibrations par exemple) sous-traités à des laboratoires reconnus.

Pouvez-vous donner un exemple d’application ? Quelle était la problématique ? Quels sont les résultats ?

L.N. : Pour aller encore plus loin dans l’efficacité de nos plans de contrôle, nous avons lancé, en 2019, un nouveau projet Qualité » BEST Top 20 » (Bring Excellence to cuSTomers). L’objectif est de re-visiter sur les 20 (sur environ 2000 références dans le portefeuille livrable) articles constituant la majeure partie du chiffre d’affaires futur de la Société l’efficacité des plans de surveillance/contrôle existants en les confrontant aux risques de non maîtrise des caractéristiques Qualité majeures (vus du client et de la fabrication interne). Ceci nous permettra d’optimiser (nature et plan d’échantillonnage) les plans de contrôle d’un point de vue Qualitatif et productif (recherche du meilleur gain/effort en regard du niveau de risques évalué).

Lire la suite
Valérie Brenugat
J’ai toujours eu le goût des sciences et de la communication notamment écrite. C’est pour cette raison que j’avais choisi de faire des études de sciences et de communication. Puis une vingtaine d’années d’expériences dans les médias, l’industrie et les organismes de recherche m’ont permis de devenir la rédactrice en chef des revues Maintenance & Entreprise et Qualité Références.